Bilan d’une semaine passée en France

PartagerShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

Hola a todos !

Mes plus fidèles followers sur Instagram l’auront remarqué : j’ai passé une dizaine de jours en France pour les vacances de Pâques. Ce retour m’a fait un bien fou, et m’a permis de découvrir que les choses avaient changé depuis mon départ de France… ou en tout cas que je ne les percevais plus comme avant.
Entre découvertes et chocs culturels, voici mon bilan de cette semaine passée en France.

Quand tu te rends compte que la France, c’est pas si mal

  • C’est fou la variété de nourriture qu’on peut trouver au supermarché français

Loin d’être déçue par l’offre culinaire que proposent les supermarchés espagnols, j’ai pourtant été ébahie voire nostalgique en entrant dans plusieurs supermarchés lors de mon séjour en France. La variété des fromages proposés, de la charcuterie, des plats végétariens ou encore des gâteaux apéritifs qui s’y trouvait me donner tout simplement la sensation d’être entrée au paradis. J’ai bien évidemment tenté de pallier à ma frustration en achetant un saucisson pour ramener à Madrid. Mais autant vous dire que ce saucisson n’aura pas fait long feu…

  • Rentrer dans une boulangerie donne envie d’y dépenser un salaire

Je vous ai déjà fait part de ma frustration face aux « boulangeries » espagnoles : le pain y est sec, les viennoiseries peu nombreuses et les pâtisseries… quasi inexistantes. Alors, lorsque la bonne odeur du pain tout juste sorti du four vous frappe les narines, et que la vue des opéras, des Paris-Brest et des éclairs fait monter les larmes à vos yeux, vous vous rendez compte que la France vous manque un peu (quand même).

  • Rien ne vaut une bonne session Nostalgie en voiture

Pourtant grande adepte du reggeaton (qui s’exporte d’ailleurs de plus en plus, ô joie !), je l’avoue sans honte : J’AIME les « vieilles » chansons françaises et en connait de trop nombreuses sur le bout des doigts, paroles et instrumental inclus. Vous pouvez donc imaginer sans mal ce qu’impliquait un trajet en voiture avec moi pendant mon séjour en France : radio à fond, et à moi (et ma mère) à tue-tête… pendant que mes petites soeurs faisaient la gueule auraient préféré mettre du Angèle ou du Ariana Grande.

  • C’est vraiment pas mal de se coucher avant 23 heures

Les plus fervents lecteurs de ce blog auront vu mon évolution face à l’horaire de coucher espagnol :
1) J’ai eu du mal à m’adapter au rythme espagnol et me coucher plus tard que 22h30 ;
2) Jusqu’à finalement m’adapter aux horaires de mon pays d’accueil en commençant à me coucher bien plus tard… même si je ne faisais rien.
Mais de retour en France, j’ai dû me réadapter le temps d’une semaine à des horaires plus français et franchement : ça fait du bien ! Malheureusement dès mon retour à Madrid, j’ai repris de plus belle mes mauvaises habitudes.

Madrid, c’est mieux quand même

  • Je n’arrive plus à suivre une conversation alors que tout le monde autour parle français

Ayant pris la mauvaise habitude de repérer mes compatriotes à des kilomètres, pendant mon séjour en France j’ai été plus d’une fois « dérangée » par les conversations autour de moi lorsque j’étais moi-même en train de converser. Je m’explique : vivre en Espagne permet d’expérimenter une certaine « bulle » auditive. Il est facile de discuter en français avec des amis alors que tout le monde autour parle espagnol. Mais lorsque vous avez développé une hypersensibilité auditive au français pour pouvoir repérer vos compatriotes et que votre cerveau n’a apparemment pas capté qu’il était normal d’entendre du français en France… le choc est énorme. Entendre et surtout comprendre tout ce qui se dit autour de moi devient tout à coup presqu’un supplice. J’en viens à me demander comment je vivais avant mon expatriation…

  • Je ne suis définitivement pas faite pour le mauvais temps

Bien que le week-end de Pâques ait été radieux en France (alors qu’il pleuvait des litres à Madrid), la semaine qui a suivi a été très… changeante. Voilà à peu près ce que je vivais au court d’une journée : froid, grand soleil, averse, rayon timide, grande chaleur, averse, nuages, froid. Alors oui, le temps breton c’est sympa deux minutes… mais je préfère le soleil de Madrid !

  • Apparemment, je parle trop fort…

L’une des requêtes Google qui pointent sur mon blog régulièrement est : « Pourquoi les espagnols parlent fort ? ». Personnellement, j’ai toujours pensé que cette perception était plus un cliché que les non-hispanophones avaient sur le peuple espagnol sans vrai fondement… jusqu’à ce que je me fasse chut!-er à plusieurs reprises par mes proches dans la rue ou au restaurant. Il semblerait donc que je me sois adaptée à ma nouvelle culture sans même m’en apercevoir !

  • Les français sont tout aussi relous que les espagnols

Vous connaissez déjà mon agacement pour le comportement des espagnols dans la rue ou les transports en commun… Et bien figurez-vous que les français aussi peuvent être bien relous dans l’espace public. Entre le mec qui raconte sa life au téléphone dans le bus (alors que je comprends tout, voir paragraphe précédent) et la famille qui marche dans la rue en prenant tout le trottoir (et fait l’indignée quand je fends la foule #marredêtreunevictime), finalement, nous ne sommes pas si différents !

  • Ils se sont aussi mis au tutoiement pendant mon absence dites donc !

Grande habituée du tutoiement à l’espagnole, j’ai été plus d’une fois choquée en France lorsqu’un barman ou une vendeuse me tutoyait allègrement. Alors oui, peut-être que je parais jeune, peut-être que dans un bar on recherche une ambiance plus détendue… Mais on a pas couché ensemble à ce que je sache ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Vida de Marine (@lavidademarine) le

Voilà pour ce bilan de mon retour en France ! Si vous aussi vous avez découvert des chocs culturels entre la France et votre pays d’accueil depuis que vous êtes expatrié, partagez votre expérience en commentaire !

PartagerShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

You May Also Like

4 thoughts on “Bilan d’une semaine passée en France

  1. Bon, je t’ai déjà donné mon propre ressenti hier sur Instagram, mais je n’avais pas encore lu ton article et je suis d’accord sur absolument tout ahah ! Par contre, c’est l’inverse pour moi, c’est quand je suis rentrée sur Paris qu’il faisait super beau à Madrid… Et pour ma part, c’est pas le « je parle trop fort » qui revient mais plutôt le fait que je parle trop vite ahah !
    Mais cet article est très drole !!

    Besos

    1. Hola toi ! Merci d’avoir pris le temps de lire mon article pour me dire encore plus tes propres ressentis sur le retour en France 😀
      Effectivement c’est normalement TOUJOURS à Madrid qu’il fait plus beau plutôt qu’en France… mais le week-end de Pâques a été un désastre (d’où l’expression espagnole : « en Abril, aguas 1000 »).
      Je ne sais pas ce que je préfère entre parler trop fort ou trop vite… Mais quoiqu’il arrive : c’est relou de se prendre des remarques sur notre façon de parler :p
      Hasta pronto en Instagram guapa 😉

  2. La bulle auditive dont tu parles… toute ma vie haha ! A chaque fois que je rentre chez moi en Belgique, je sursaute limite quand j’entends parler français dans un lieu public jusqu’à ce que je me rende compte que c’est normal… Vivant à l’étranger depuis presque 4 ans, je me suis tellement habituée à ne pas tout comprendre autour de moi et à ce que les gens ne comprennent pas mes conversations en public… Le choc est violent une fois en Belgique !

    1. Hola Morgane, merci de partager ton expérience ! Je suis contente de ne pas être la seule à expérimenter ce phénomène un peu… gênant :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *