Ces choses qui me manquent de la France en vivant en Espagne

PartagerShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

Hola a todos,

La vie d’expatriée est faite de beaucoup de plaisirs mais aussi de petites frustrations, et même si venir habiter à Madrid est un choix que j’assume entièrement, il y a quand même des moments où la France me manque. Aujourd’hui j’ai décidé de partager avec vous ces petites choses qui me manquent de la France depuis que j’habite à Madrid. Je pense que beaucoup d’entre vous qui me lisent hors de France se retrouveront dans cette petite liste. Partagez-moi vos propres expériences en fin d’article !

Les boulangeries françaises

Bon okay, il y a des boulangeries à Madrid. Malheureusement elles n’ont rien à voir avec les boulangeries françaises et il est rare d’y trouver de bons croissants ou pains au chocolat (ou si vous trouvez, cela risque de vous couter un bras!). Et oui les pains au chocolat d’ici s’appellent napolitanas de chocolate et sont généralement enrobé d’une couche de pâte à sucre peu sympathique à vivre pour tout bon français (et le chocolat est décevant également). Une autre viennoiserie qui me manque terriblement à Madrid : les chouquettes. C’est simple, il n’y a même pas un semblant de copie dans les boulangeries madrilènes… Enfin la raison Number One de mon manque de boulangerie est bien évidemment le manque de bon pain. Aaaah la nostalgie de la bonne baguette achetée le dimanche matin en revenant du marché…
Bon après, l’avantage des baguettes que l’on trouve à Madrid est qu’elles ne sont vraiment pas chères… le goût n’est malheureusement pas le même…
nyam nyam croissant

Ma famille

En vivant à l’étranger, voir sa famille régulièrement devient plus compliqué et les repas en famille ennuyeux du week-end se transforment en souvenirs nostalgiques qui reviennent régulièrement vous hanter. Entre l’éloignement géographique, les galères d’organisation de transports et bien entendu leur prix, revoir sa famille restée en France devient compliqué lorsqu’on est expatrié. Bien sûr il y a le téléphone, whatsapp et facetime, mais rien ne vaut un bon câlin de sa maman ou un bon fou rire autour du dîner familial. Heureusement il arrive que mes parents décident de venir passer quelques jours à Madrid pour mon plus grand plaisir (papa, maman si vous me lisez… héhéhé). Et encore je ne suis pas en Australie ou ailleurs, j’en ai conscience !

La nourriture française

Bien sûr ce ne sont pas seulement les boulangeries qui me manquent. En bonne française que je suis c’est clairement la nourriture française en général qui me manque. Et je pense pouvoir m’avancer et dire que la nourriture française est sans doute l’un des plus gros manques que les expatriés sont amenés à vivre loin de la France. (vous confirmez ???)
Certes les tapas espagnoles et leur consommation dans l’esprit du partage m’ont tout de suite plu en débarquant à Madrid, mais après avoir vécu plusieurs années hors de France, je peux vous dire une chose : RIEN ne remplace un bon saucisson ou un bon bout de fromage bien de chez nous (AVEC DU BON PAIN FRANÇAIS) arrosé d’un petit verre de vin français. Bien sûr les espagnols ont leur propre saucisson, mais il n’a tellement rien à voir avec le nôtre en termes de goût et de texture… Et puis l’andouille (de Vire. Oh mon Dieu mon ventre gronde à la fois d’envie et de mécontentement en rédigeant ces mots) par exemple, cette charcuterie que je pourrais manger à longueur de journée sans jamais m’arrêter lorsque je suis de retour en France, elle n’existe tout simplement pas ici… Je pourrais aussi vous parler du manque de raclette, mais heureusement pour moi j’ai trouvé comment manger une raclette à Madrid !

En plus des traditionnels petits plaisirs français que sont la charcuterie et le fromage, d’autres manques parfois incongrus se font sentir. Par exemple, si vous avez déjà goûté l’équivalent espagnol des saucisses de strasbourg, vous ne pourrez que comprendre le manque de knakis pour moi qui habite à Madrid. En effet les knakis espagnoles sont un mélange écoeurant de viande de porc, de volailles, et de boeuf (et j’en passe…). Enfin, il m’arrive de rêver à une bonne galette de blé noir arrosée d’une bolée de cidre demi-sec. Mais après je mange du jamon iberico sur du pan con tomate, et ça va un peu mieux.

La possibilité d’être comprise à 100%

Bien entendu, après plus de deux ans et demi en Espagne, j’arrive très bien à m’exprimer en espagnol dans la vie de tous les jours. J’ai étudié en espagnol et je travaille actuellement en espagnol mais n’empêche, il y a toujours ces moments de frustration où le vocabulaire manque pour s’exprimer pleinement. Par exemple, aller chez le coiffeur lorsque l’on ne connaît pas tout le vocabulaire relatif aux cheveux relève de l’exploit. Et je peux vous assurer que dans ces cas là, le langage des signes ne vous sauvera pas (j’en connais plus d’un qui en ont fait les frais !). Pareil pour aller chez le docteur, dire clairement ses symptômes dans une langue étrangère n’est pas toujours aisé. Par exemple en espagnol, attention aux faux-amis ! Si vous arrivez chez le docteur en lui disant que vous êtes “constipado”, vous ressortirez de son cabinet avec des gouttes pour le nez (oui ça veut dire enrhumé… C’est drôle non ?).

La mer

Habiter à Madrid présente de nombreux avantages dont le plus important est sans nul doute le temps ensoleillé qui s’installe pendant une très grande partie de l’année (et la chaleur qui va avec). Malheureusement son inconvénient est que la capitale espagnole est éloignée de la mer. Venant de Rennes où la plage la plus proche n’est qu’à une demi-heure de voiture, ne plus pouvoir aller à la plage pendant l’été me manque énormément (même si l’eau de la Bretagne n’excède pas les 15 degrés, je VEUX me baigner !!!).

La mer à Saint-Cast, France

La télé française

Bon je l’avoue : lorsque je suis en France, j’adore me poser devant la télévision avec ma famille pour regarder n’importe quel programme (avec les petits commentaires qui vont avec). Le fait de comprendre à 100% tout ce qu’il s’y dit, de reconnaître les gens qui participent aux émissions ou tout simplement de se sentir concerné par les informations et faits divers sont des choses qui manquent en étant à l’étranger. Bien sûr il y a des alternatives (vive Internet !) mais la plupart des sites de chaînes françaises bloquent l’accès au direct à certaines zones géographiques et Madrid n’y coupe pas… VIVE LE STREAMING DONC !

L’été tempéré

Madrid c’est génial car il y fait beau et chaud dès le mois de mars/avril. Oui mais (oui malheureusement il y a un mais) : Il fait chaud l’été. Plus que chaud même ! À partir du mois de juin c’est déjà la fournaise alors je ne vous parle pas des mois de Juillet et Août : votre seul but sera de fuir le soleil. Et le problème c’est que la plage n’est pas là, et elle est un peu loin même. Les solutions sont les piscines publiques (ou privées si vous avez une résidence ou de gentils amis) ou les quelques lacs et piscines naturelles autour de Madrid. Clairement si vous prévoyez un voyage à Madrid je vous déconseille ces mois en particulier ! Et pas le peine d’espérer une baisse de température comme en France avec un bon coup d’orage. Ici les chaleurs sont continues du matin au soir et sont même les plus chaudes vers 19-20 heures lorsque les pierres de Madrid libèrent la chaleur emmagasinée durant la journée. (Autant vous dire que les sorties de bureau sont dures à vivre !).

La Vida de Marine à la piscine

La discrétion à la française

Même si le français n’a pas forcément le comportement le plus acceptable dans l’esprit de nombreux étrangers, il sait faire preuve de certains comportements de bienséance que l’espagnol n’a pas forcément, du moins c’est ce que j’ai pu constater après plusieurs années passées à Madrid. Par exemple, personne dans le bus ou au bureau en France n’aurait l’idée de lancer un profond raclement de gorge/nez/bouche/tout ce que vous voulez dans le but de se décoincer les bronches… Pourtant à Madrid, il est très fréquent de devoir subir ce genre de comportements et cela ne semble ni surprendre ni choquer les espagnols.

En plus de ces comportements peu sympathiques à vivre, un autre inconvénient avec les espagnols est qu’ils adooooorent faire du bruit (ou ils n’aiment pas le silence ?). Je ne veux pas tomber dans le cliché de l’espagnol bruyant, mais il n’est pas rare d’entendre des espagnols siffloter ou chantonner tranquillement devant leur ordinateur au bureau, ou encore d’entendre leur téléphone sonner toute la journée car ils n’auront pas pris la peine de le mettre en mode vibreur (mais bon, ça fait partie de leur charme…).

La semaine de 35 heures

Si vous ne le saviez pas, la semaine laborale en Espagne est de 40 heures. Cela équivaut à travailler une heure de plus par jour par rapport à la France. Mais là où les espagnols sont bons c’est qu’ils réussissent quand même (pour la plupart) à être en week-end dès le vendredi après-midi à partir de 14-15 heures. Comment font-ils me direz-vous ? Et bien tout simplement en travaillant plus longuement du lundi au jeudi et en ne prenant pas de pause déjeuner le vendredi. La semaine est donc plus difficile mais le week-end est plus reposant ! Malheureusement toutes les entreprises n’ont pas ce système (et la mienne en fait partie, je fais donc partie de ces malchanceux qui finissent à 18 heures le vendredi…). Bon ce que je ne vous ai pas dit c’est que je n’ai jamais travaillé en France et suis donc une grande habituée de la semaine de 40 heures… Mais justement : QUI ne rêverait pas de travailler 5 heures de moins par semaine ?! HEIN QUI ?

Les magazines culcul et les mots fléchés de l’été

Vous connaissez ce genre d’envie qui n’arrive que l’été, lorsque la période de farniente est de retour ? Vous savez cette envie d’un bon magazine féminin ou d’un livre de mots fléchés à remplir pendant que votre peau dore doucement au soleil ? Et ben figurez-vous que ça me manque de ne pas pouvoir entrer dans un kiosque pour m’acheter un de ces petits plaisirs avant d’aller sur l’une des places de Madrid pour profiter du soleil. Bien sûr je pourrais m’essayer aux versions espagnoles de ces magazines, mais à quoi bon connaître les ragots d’une starlette inconnue ?

Le fait qu’il soit socialement acceptable de se coucher à 22h30

Je suis une marmotte. Mais je pense que la plupart de mes compatriotes me comprendront : lorsqu’il faut se lever à 7 heures du matin pour aller au travail, c’est normal d’être fatigué/vouloir se coucher à 22h30 (non ?). Les espagnols ont dû développer une espèce de résistance à la fatigue qui m’a surprise dès mon arrivée à Madrid car ils se couchent rarement avant 1 heure du matin (et encore…), même en travaillant le lendemain. A Madrid il n’est d’ailleurs pas surprenant de croiser des enfants dans la rue à 10 heures passées (mais comment font-ils à l’école ?!). Il est donc parfois difficile d’avouer mon heure de coucher à des espagnols sans éveiller les moqueries… Mais bon, je préfère assumer au travail !

Vous l’aurez compris, habiter hors de France présente quelques inconvénients pour la française expatriée que je suis mais heureusement Madrid est une ville géniale où j’adore vivre et je ne compte pas en partir de sitôt. Je vous prépare d’ailleurs un futur article sur les choses qui me font préférer Madrid à la France. Si vous vous êtes retrouvés dans cet article, n’hésitez pas à le partager à tous vos amis !

Et vous chers compatriotes de tous les horizons, quelles sont les choses qui vous manquent de la France depuis que vous en êtes partis ?

PartagerShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

12 thoughts on “Ces choses qui me manquent de la France en vivant en Espagne

  1. Bonjour Marine,

    Je suis expatriée à Dublin depuis presque 4 and maintenant. Est ce qui me manque c’est la nourriture, fromage, charcuterie , vin et bon plat français. Sur l’ile d’émeraude la nourriture est loins d’être à tomber par terre. Ma famille aussi, j’aimerai pourvoir me téléporter certain jours pour les voirs.
    La méteo c’est l’inverse en Ireland, je rêve de soleil et de ne pas avoir du zéro degré presque arrivé en Mai.
    J’aime énormément l’esprit all is good en Ireland mais la France commence à me manquer.

    Profite bien de Madrid, j’adore y aller pendant le weekend juste pour la nourriture et le soleil !
    Bonne contination, Bisou du pôle Nord

    1. Coucou Lola, merci pour ton commentaire ! Oh comme je te comprends pour la météo irlandaise, mais bon si tu y es depuis 4 ans c’est que tu dois quand même beaucoup apprécier Dublin 🙂 Besos !

    1. Haha oui les films qui commencent tôt il faut faire une croix dessus ici… Heureusement que le streaming existe 😉

  2. Bonjour Marine,

    Mol ça fait plus de 17 fans que je vis à Madrid. Je suis ici comme chez moi mais c’est vrai qu’il y a pleins de choses qui me manque de la France. Pour ce qui est de la cuisine, c’est sur qu’il y a un peu de nostalgie mais il faut avouer qu’il y a quand même ici une grande tradition culinaire.. (Si on parle camenber et éclaire au café.. la on est cuit..effectivment)
    J’ai un petit faible perso pour le dernier point de ton article,.. ici, si tu te couches a 22.30 c’est que tu te léve tôt le lendemain, ici ils voient pas les choses comme ça.. et les enfants effectivement ils doivent avoir de drôle de tête le matin en classe.
    Je trouve ton blog assez frais et marrant.. je vais te suivre à partir de maintenant..
    Hasta luego y bienvenidos a Madrid a los nuevos.. :-))

    1. Bonjour Nicolas merci pour ton commentaire, contente que mon blog te plaise (et contente de ne pas être la seule à trouver bizarre l’heure de coucher des espagnols héhé) ! Avec tes 17 ans ici tu dois avoir tout plein de conseils sur Madrid alors vraiment n’hésite pas à me les partager et je me ferai un plaisir de les essayer et d’en parler sur le blog ! 😉

  3. Je n’ai passé que 6 mois en Suède mais la nourriture française (le pain-saucisson-fromage en particulier) me manquait terriblement (surtout qu’ils ne savent pas faire de bon pain non plus) ..
    Et je te comprends, je suis aussi du genre à me coucher à 22h30 max quand je dois me lever le matin (et même là j’ai du mal à me lever ^^)

    1. Hahaha je te comprends totalement, peu importe l’heure du coucher, le réveil est TOUJOURS difficile ! Et oui il me semble que le manque de saucisson est quelque chose de très partagé parmi les expatriés français… A quand les exportations françaises de saucisson en masse ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *