Les habitudes espagnoles irritantes pour une française

PartagerShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

Edit: Suite à la polémique suscitée par le partage de cet article sur les réseaux sociaux, je me sens dans l’obligation de préciser que cet article est basé sur l’humour et les clichés… Vous pouvez découvrir les raisons de mon coup de coeur pour Madrid et ses habitants dans mon précédent article Pourquoi j’habite à Madrid.

Hola a todos !

Comme vous l’avez déjà remarqué, j’adore Madrid et c’est pourquoi j’y habite depuis maintenant presque 4 ans cumulés. Le comportement ouvert et accueillant des espagnols y est bien évidemment pour quelque chose. Pourtant, le peuple hispanique a quelques habitudes qui peuvent parfois devenir vraiment irritantes pour la bonne française de base que je suis.

Les espagnols et l’espace

C’est en discutant avec mes collègues allemands que je me suis rendue compte qu’il y avait réellement une différence de perception de l’espace vital entre les espagnols et les français (et les allemands, du coup). Que ce soit dans la rue, en boite de nuit ou encore au bureau autour de la machine à café, les espagnols occupent l’espace comme personne. Il n’est donc pas rare que je m’irrite devant l’IMMENSE groupe d’espagnols amassé dans la cuisine du bureau occupant mon espace vital lorsque je suis en manque de caféine et que j’ai besoin d’accéder à la machine à café. Mes collègues allemands sont quant à eux très gênés quand les espagnols se collent à eux s’assoient à côté d’eux dans le métro alors qu’il est fast niemand (« quasiment vide », oui j’apprends l’allemand).
Mon collègue hollandais est, lui, choqué des conducteurs espagnols qui se garent en collant leur voiture à une autre tandis que la rue est « quasiment vide » (sorry j’apprends pas le hollandais).

Parler aux étrangers comme s’ils étaient bilingues en espagnol

Attention cliché : les espagnols ne parlent pas parlent très mal l’anglais. Logiquement, ils devraient donc être conciliants quand un étranger tente de communiquer avec eux en leur baragouinant quelques mots… MAIS NON ! Au restaurant, dans la rue ou encore à la banque, vous avez intérêt à être concentré quand un espagnol vous détaille le menu du jour, votre direction, ou encore les papiers nécessaires pour ouvrir votre compte en banque… d’où de trop nombreux moments de gêne à vivre en espagnol.

Marcher très lentement dans la rue (et prendre toute la place sur le trottoir)

Moi qui ai l’habitude de marcher très vite dans la rue, en tant que bonne française en retard pressée, s’il y a bien une chose qui m’irrite chez les espagnols, c’est leur capacité à marcher à 2km/h dans la rue. Il y a d’ailleurs une putain de rue de Madrid que j’essaie soigneusement d’éviter dans le quartier de Sol pour ne pas trop jouer avec mes nerfs. Cette maudite rue est la Calle Carretas, où les espagnols marchent littéralement à 1cm/h sans que ça ne gêne personne (à part moi). En plus ce n’est pas comme si il était facile de contourner ces obstacles nonchalants en tentant de vous frayer un chemin dans la foule à la vitesse d’un coureur de semi-marathon (oui semi, on va pas abuser non plus). Car non seulement les espagnols sont lents dans la rue MAIS EN PLUS, ils occupent TOUT l’espace tout en vous ignorant superbement. Il ne m’est donc pas rare d’expérimenter de grands moments de solitude en essayant de dépasser une famille entière rangée en rangs d’oignon sur le trottoir lorsque j’essaie d’arriver à l’heure à un rendez-vous avec mes copines.

Faire des bruits dégueulasses dégoutants

Je vous ai déjà fait part de mon dégoût pour la gente espagnole lorsque celle-ci fait preuve d’attitude peu ragoutante en public dans mon article sur les choses qui me manquent de la France. En effet, les espagnols sont bruyants et ce n’est pas que lorsqu’ils sont en train de parler (malheureusement). Il y a trois types d’habitudes irritantes espagnoles que vous pouvez découvrir à loisir dans la rue ou dans les transports madrilènes :
1. Le reniflement à répétition du type qui ne connaît pas les mouchoirs;
2. Le raclement de gorge parfaitement ignoble de celui qui se croit tout seul;
3. Le crachat suivant l’opération précédente, du mec qui en a clairement plus rien à faire
Et tout cela dans une élégance… inexistante bien entendu !

Ne pas respecter l’attente

S’il y a bien une chose que je déteste, c’est le manque de courtoisie dont peuvent faire preuve certaines personnes. Alors que l’espagnol est plutôt très galant (pour ouvrir la porte ou laisser les femmes monter en premier dans l’ascenseur), il devient tout de suite beaucoup plus sauvage lorsqu’il s’agit de foncer tête baissée sur la dernière place libre du métro. Aux heures de pointe, essayer de sortir du métro en même temps que ces personnes incroyablement irritantes devient vite un moment bien relou peu sympathique à passer.
BONUS : voici la phrase qui va bien pour essayer de s’en sortir : « Dejad pasar por favor » (laissez passer s’il vous plait).

Certains espagnols sont aussi très bons lorsqu’il s’agit de passer devant tout le monde dans une file d’attente. Voici leur technique (comme ça, vous êtes prévenus !) : ils vont vous faire croire qu’ils ont juste une question rapide à  poser… Puis vont monopoliser la personne au guichet pendant un bon gros quart d’heure. Restez aux aguets, ils sont très bons !

Ils ne sont pas très propres dans la rue

En plus de faire des bruits pas cools à supporter, il faut reconnaître que les espagnols ne sont pas non plus très propres dans les rues de Madrid. Entre les bennes à ordures qui débordent, et les odeurs d’urine dans beaucoup de rues madrilènes, il faut dire que la ville pourrait être un peu plus ordonnée… Le pire pour moi : la capacité des espagnols à se poser dans un coin d’herbe/sur une place au soleil avec leurs bières pour finir par partir en laissant tous leurs déchets sur place dans le plus grand des calmes.

Les hommes sont des assistés

S’il y a bien un pays où le mythe du « fils à sa maman » se vérifie, c’est to-ta-le-ment l’Espagne. Ici, les enfants sont nombreux à rester vivre chez leurs parents jusqu’à leur mariage (bon okay, pas forcément à Madrid cela dit). En ce qui concerne les hommes, ils sont couvés comme jamais par leur mère qui leur prépare des petits plats même quand ils ne vivent plus avec elle, fait leur repassage et fait ses petits commentaires sur l’éventuelle petite-amie si celle-ci a le malheur d’exister. Ils sont donc totalement incapables de se gérer tout seul et il n’est pas rare de tomber sur des quadragénaires complètement largués devant une poubelle pleine ou une machine à café vide (avoir travaillé auprès d’agents immobiliers pendant plusieurs mois a été pour moi… très enrichissant).
Pour une personne comme moi qui ai vécu loin de chez mes parents dès mes 18 ans et sais donc relativement comment gérer ma vie, ce genre de comportement est franchement irritant…

Bon allez, j’arrête de faire ma râleuse professionnelle parce qu’après tout : si j’ai choisi de vivre à Madrid, c’est parce que j’adore cette ville et ses habitants ! Ces petites choses irritantes sur les espagnols ne changeront pas mon avis sur Madrid pour autant…

Et vous, quelles sont les habitudes espagnoles qui vous irritent ? Racontez-moi vos anecdotes en commentaire !

PartagerShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

You May Also Like

14 thoughts on “Les habitudes espagnoles irritantes pour une française

    1. C’est plein de clichés bien entendu 😉
      PS : J’ADORE le nom de ton blog… J’ai failli appeler mon blog quasiment comme ça !

  1. Bonjour Marine,
    Je vis depuis 9 ans sur la Costa Blanca, du côté d’Alicante et si je partage quelques points que tu évoques (en particulier le fait que les Espagnols ne sont pas propres dans les rues ou sur les plages et également que les hommes sont assistés – mais je dirai pas seulement les hommes car les filles le sont également souvent autant), il y en a 2 que tu n’évoques pas et qui pour moi sont vraiment irritants. Je veux parler d’abord de « L’ENFANT ROI ». La façon de non-éduquer les enfants au minimum de politesse et au respect d’autrui et quelque chose qui m’indispose. On peut entendre un enfant hurler pendant un quart d’heure alors que sa mère, à 2 mètres, discute avec une copine sans même tourner la tête et que toi, tu as déjà les 2 tympans percés alors que tu es à 15 mètres de la scène. Les enfants Espagnols ne savent pas parler, ils hurlent, au cinéma, dans un avion (le pire!!!), dans la rue, sur la plage et personne ne leur dit JAMAIS de parler moins fort ou de cesser de crier. La 2e chose, c’est « LES PASSAGES PIETONS ». Certes, en tant qu’automobiliste on doit céder le passage aux piétons qui traversent mais aussi à ceux qui sont sur le point de traverser, OK. Ici, c’est un droit acquis qui ne mérite de la part du piéton aucun contrôle avant de s’engager, ni avant, ni pendant la traversée. Aucun contact visuel pour s’assurer qu’il a bien été repéré par l’automobiliste, le piéton traverse sans même tourner la tête ! Il peut être à l’arrêt car il discute et se décider soudainement à traverser sans regarder, tu dois t’arrêter en pilant et là tu auras droit à un regard noir…Et si par contre, tu anticipes prudemment, tu t »arrêtes au passage piéton alors qu’il n’est pas engagé et tu lui fais un sourire et un signe de la main pour le laisser passer, là tu auras droit au mieux à un regard de mépris (car c’était à lui de passer, non mais!!!) et le plus souvent une indifférence totale. C’est alors que je dis par la fenêtre « De nada »….A part ça, pour brûler les feux rouges, y a pas plus forts qu’eux, ce sont les rois ! Est-ce plus local qu’Espagnol comme fonctionnement ??? Comme toi, cela ne remets pas en cause mes choix de vie car bien entendu, ils ont plein de côtés attachants en en parallèle et la vie ici est très agréable. Merci pour ton blog !

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire et tes propres anecdotes sur ce qui peut nous énerver chez le peuple espagnol 🙂 C’est vrai que l’éducation des enfants est un point que j’aurais pu ajouter… Et je te comprends pour les piétons, mais comme je ne conduis pas, je n’ai pas ce problème héhé

  2. Bonjour Marine, article très drôle et intéressant ! J’ai besoin en ri en lisant tout ça, le coup des hommes assistés ne m’étonne pas trop et en effet : en tant que personne indépendante ET femme moderne, c’est franchement irritant ! Espérons que la nouvelle génération des garçons espagnols sera plus moderne, on peut toujours rêver 😉 Je vis en Angleterre et la culture est très différente, même de la Franxe (même si pas si éloignée non plus). Ce que j’aime bien, c’est la courtoisie des britanniques dans les transports notamment. Mais comme dans pays, il y a aussi ces petites choses qui me font raler de temps à autre, même si comme toi j’aime mon pays d’adoption ! Bonne continuation madrilène 🙂 Gabrielle

    1. Hola Gabrielle, merci pour ton commentaire 🙂 effectivement il n’y a rien de pire que de voir un homme totalement assisté quand tu es toi-même indépendante… mais bon, cela n’enlève rien au charme de l’Espagne pour autant ! Have a good day in England 😉

  3. Juste choquée par cet article ultra négatif
    Je ne te conseille pas de vivre en Asie si tu trouves que les espagnols n’utilisent pas de mouchoirs (jamais constaté ça, on ne doit pas fréquenter les mêmes gens)
    On me dira que c’est pour rire et qu’il faut le prendre au deuxième degré, mais je trouve ça insultant de lire que les espagnols parlent très mal anglais. On parle de l’accent des français ?!
    Quand on ne supporte pas le pays où on habite, je conseille de rentrer chez soi…

    1. Hola Elena, je suis loin de ne pas supporter mon pays d’adoption bien au contraire 😉 Cet article est effectivement à prendre au second degré, je suis désolée que tu le prennes mal… Ne t’inquiète pas, j’ai un article plein de stéréotypes sur les français en préparation et crois-moi : ils en prennent pour leur grade !

  4. Très marrant comme article.
    En janvier, aux États-Unis, une hispanique (mais je ne sais pas d’où c’était peut être d’Amérique du sud) a tenté de me doubler dans une queue. Aux USA, au contraire, ils ne supportent pas ça et la caissière n’a rien lâché. Grosse engueulade entre la doubleuse et la dame hispanique

    1. Hola Mel, merci pour ton commentaire et ton anecdote ! Effectivement le mélange des cultures peut parfois mener à des incompréhensions voire des engueulades… mais c’est tellement bon d’être tous différents 😉

  5. Hahaha tu m’as bien fait rire!
    Mais les gens qui s’attendent à trouver une vérité absolue sur les blogs m’agacent. Le concept du blog c’est de donner une vision perso des choses et souvent avec humour ET au second degré !!
    Ton article est très bien et ce n’est pas parce qu’on critique son pays d’adoption qu’on ne l’aime pas! Au contraire, on aime aussi ses défauts car cela fait partie de son charme!

    1. Hola Elisa, tu as TO-TA-LE-MENT compris le concept, merci beaucoup pour ton commentaire ça me fait très plaisir !!!

  6. Hola Marine
    Moi aussi j’ai bien ri et j’adore ton blog pour son style plein de sincérité et enjoué. Jai moi-meme tenu un blog car j’ai voyagé durant un an autour du monde, sac à dos , juste avant de prendre ma retraite et je vis maintenant depuis 6 mois en Espagne près d Alicante. Peut-on se parler en privé sur wathsapp ou email , ça me ferait plaisir. Bravo pour tos tes articles et je t encourage à continuer. Viva España !

    1. Hola Marie, merci pour ces compliments, je vais aller faire un tour sur votre blog pour découvrir vos périples ! Et bien entendu nous pouvons échanger par mail 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *