Ces moments de gêne en espagnol

PartagerShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

Hola a todos !

Aujourd’hui j’ai décidé de partager avec vous ces petits désagréments du quotidien depuis que j’habite à Madrid. Bien que je travaille en espagnol, il y a toujours des moments qui me rappellent que je suis étrangère et où l’incompréhension me submerge. VOICI donc une petite compilation de ces moments gênants, peut-être que certains d’entre vous se reconnaîtront dans mes histoires !

Et pour tous les galériens en espagnol comme moi qui ne savent plus trop comment gérer leurs petits moments d’incompréhension, je vous ai concocté une mini liste d’astuces en espagnol pour surmonter vos moments gênants en fin d’article ! Elle est pas belle la vie ?

Ces moments gênants quand ON me parle espagnol

  • Ces fois où j’entends un nouveau mot espagnol au détour d’une conversation mais que :
  1. le temps que j’enregistre ce mot,
  2. que je comprenne que je ne le connais pas,
  3. et que je pense enfin à demander sa signification…

… La conversation est déjà bien avancée et j’ai juste totalement perdu le fil.

  • Toutes ces fois où les espagnols avec qui je parle oublient que je suis française et commencent à parler à toute allure… Forcément, je ne comprends plus rien du tout et je poursuis la conversation en regardant tout le monde les yeux (et les oreilles) écarquillés… Grand moment de solitude.
  • Quand la personne qui me parle a une fâcheuse tendance à mâcher ses mots… Forcément le temps de compréhension devient tout de suite beaucoup plus long !

  • Le jour où, pendant une réunion professionnelle avec plusieurs entreprises connues, un homme m’a dit très sérieusement qu’il travaillait chez Béloux (je vous l’écris comme je l’ai entendu bien sûr) . Il a eu beau commencer à m’expliquer que son entreprise était dans la construction, et en particulier sur les toits, ce n’est qu’en apercevant son badge avec le logo que j’ai reconnu la marque de toutes les fenêtres de mes chambres lorsque je vivais encore chez mes parents (ma chambre était toujours sous les toits…).
  • Ces fois où les gens parlent, s’arrêtent, me regardent… et que je comprends à cet instant seulement que je dois répondre quelque chose car il s’agissait en fait d’une question. Gênant…

  • Les moments hyper gênants où je me retrouve à parler avec un andalou… et que je ne comprends strictement rien à cause de son accent très prononcé. Bon ce qui me rassure, c’est que les madrilènes aussi ont parfois du mal à comprendre cet accent si particulier (imaginez un espagnol tenter de parler français avec un 100% pur cht’ti…) !
  • Ces moments gênants où les espagnols commencent à me parler français… et où je me dis que je ne comprends vraiment rien à leur espagnol…

.

Mes moments de gêne quand JE parle espagnol

  • Toutes ces fois où je meurs de faim au bureau et que je veux le faire savoir en disant tengo hambre (« j’ai faim » donc) mais que les espagnols comprennent “j’ai un homme” (homme se dit hombre… avec mon accent français c’est pas forcément évident !).

  • Quand je dis Buenos dias alors que c’est l’après-midi. Et oui en espagnol, on dit buenos dias le matin et buenas tardes l’après-midi. Du coup, je préfère utiliser le simplissime hola (« salut ») pour être sûre de ne pas me tromper !
  • Le jour où j’ai répété l’expression employée à l’instant par ma collègue andalouse… et que tout le monde autour s’est arrêté de parler, interloqué (bon en même temps l’expression c’était « Claro cojones! »… soit « Bien sûr ma cou**** ! »).

  • Les moments où je suis si fatiguée que mon cerveau me fait oublier des mots que je connais pourtant en pleine conversation… et que je commence à bégayer des choses totalement incompréhensibles, totalement paniquée. Ca vous est déjà arrivé ?

.

Comment surmonter ces moments gênants en espagnol

Bon voilà vous l’aurez compris, après un an (plus deux auparavant) à Madrid, j’ai toujours quelques lacunes en espagnol et ne suis pas à l’abri de me retrouver dans une situation gênante en pleine conversation. Comme je suis sympa, j’ai décidé de vous révéler quelques astuces d’espagnol pour surmonter ces possibles moments de gêne avec brio !

  • Ne pas avoir peur de demander à la personne de répéter si vous n’avez pas bien compris. Une amie m’a par exemple raconté qu’elle s’était pointée à un rendez-vous à 17h (las diecisiete) alors qu’on lui avait dit 19h (las siete). Pour éviter ce genre de déconvenue, mieux vaut assurer ses arrières !
  • .Assumer clairement votre incompréhension. Ce n’est pas parce que vous baragouinez l’espagnol que cela signifie que vous le comprenez ! Même si les espagnols ont tendance à l’oublier, ils ne vous en voudront jamais de vous être confié sur votre incompréhension. La petite phrase qui passe bien : Disculpa pero no entiendo nada de lo que me estas diciendo… (« désolé(e) mais je ne comprends rien de ce que tu es en train de me dire » une phrase qui m’a sauvée plus d’une fois).
  • Tenter de dire le mot espagnol que vous cherchez à partir du mot français. Etant également d’origiine latine, la grammaire espagnole présente de nombreuses similitudes à la nôtre et parfois la magie opère : votre fran-gnol est tout à coup compris de tous ! Quelques techniques par exemple : les mots français finissant par -té se traduisent en espagnol avec -dad à la fin (éternité=eternidad ; quantité= cantidad ;  nouveauté=novedad ; joyeuseté= felicidad bon okay celui-ci est moins évident…). Sinon la bonne vieille technique : finir les mots français par un -o pour un mot masculin et un -a pour un mot féminin… Malheureusement ce cliché ne marche vraiment pas à tous les coups et il peut surtout comporter des pièges comme par exemple « un problème » qui se traduit par un problema.. la magie n’opèrera pas mais on vous comprendra certainement !
  • Arrêter de vous concentrer sur votre accent : concentrez-vous plutôt sur votre vocabulaire et vos conjugaisons. C’est déjà suffisamment compliqué de devoir retrouver des mots et conjuguer ses verbes au bon temps (en pensant à ces foutus verbes irréguliers…), alors si en plus vous réfléchissez à comment rouler vos R et cracher vos J, vous n’êtes pas sortis de l’auberge ! D’une part l’accent espagnol viendra naturellement avec la pratique, et d’autre part, l’accent français, c’est sexy joli !

Et voilà pour cette petite compilation de moments d’incompréhension et de gêne en espagnol qui peuvent m’arriver maintenant que j’habite dans la belle ville de Madrid. J’espère qu’elle vous aura permis de vous sentir moins seul dans vos galères en espagnol… et que mes petites astuces d’espagnol pour surmonter ces moments gênants vous aideront dans vos prochaines aventures linguistiques ! Je vous prépare bientôt un article sur les expressions espagnoles pour vous permettre d’éviter d’autres moments de gêne la prochaine fois que vous viendrez passer quelques jours à Madrid !

Vous vous êtes reconnus dans mes anecdotes ? Vous n’avez toujours pas compris dans quelle boîte travaillait Monsieur Béloux ? Laissez un commentaire !

PartagerShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestTweet about this on TwitterEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *