Anecdotes de ma vie à Madrid (partie 2)

Hola a todos,

Il y a quelques mois, je vous ai raconté quelques anecdotes de ma vie à Madrid et ce format vous avait beaucoup plu. J’ai réussi à regrouper 20 nouvelles anecdotes pour faire une partie 2 !

Voici donc 20 anecdotes de vie d’expatriée à Madrid, j’espère qu’elles vous plairont !

10 anecdotes longues sur ma vie à Madrid

On commence par 10 anecdotes longues de ma vie à Madrid. Elles ne sont pas dans l’ordre chronologique !

La piscine infernale

Comme vous l’avez vu dans mon pénultième article (sur les lieux instagrammables de Madrid), je suis allée au musée Ikono pour faire une session de photos avec @lumeraphotography (à suivre sur instagram !). Et pour faire la photo incroyable ci-dessous, je me suis jetée dans la piscine à boules du lieu. Pendant quelques instants je suis retombée en enfance… puis mon âge m’a vite rattrapée lorsque je me suis rendue compte que je n’arrivais plus à me relever. Après des siècles d’effort à me débattre, j’ai fini par accepter la main de Cécile qui a pu me tirer. Conclusion : PLUS JAMAIS !

@lumeraphotography

La découverte du roquefort

Il y a des choses qu’on oublie jamais… comme la première fois qu’on goûte à un aliment qui nous fait kiffer (ça marche aussi pour les trucs beurk, j’avoue). Remettons les choses dans leur contexte : mon père n’aime pas le roquefort. Et comme j’aime mon père, c’était évident que je n’aimais pas le roquefort non plus… non ? J’ai donc goûté au roquefort pour la première fois de ma vie avec mon coloc qui lui, était en manque, pendant mon erasmus à Madrid… à 19 ans. Ai-je besoin de préciser que je me suis sentie très bête en découvrant si tardivement ce délice que le monde avait à m’offrir ?

Une autre anecdote foodie

Vous aussi, il y a des aliments que vous décidez de ne pas aimer sans les avoir goûté ? Comme vu dans l’anecdote précédente, je suis (très) comme ça (mais je travaille dessus, promis). Il y a quelques années, je vais tester le fameux restaurant Dans le Noir, dont le concept est de dîner en étant plongé dans le noir le plus complet. Après avoir plutôt bien deviné ce que j’avais mangé en entrée, arrive le plat… qui me fait beaucoup penser à du poulet, mais avec un goût vraiment ouf. Toujours est-il que ce jour-là, j’ai mangé du pulpo pour la première fois, après des années à être dégoutée par son apparence. Et depuis : j’adore ça !!!

L’histoire de la jambe tordue

Vous l’avez vu sur instagram : il y a quelques mois, je me suis tordue la jambe au niveau du genou, en pleine séance de Sissy Mua (Sissy si tu lis ça, sache que je t’aime toujours). Sachant que je n’avais rien de cassé mais que je ne pouvais plus marcher pour autant, j’ai appelé mon Centro de Salud le lendemain en demandant une téléconsultation histoire d’avoir un congé maladie le temps que je me rétablisse. Sauf que la téléconsultation n’était pas possible… la dame du téléphone m’a d’ailleurs très sérieusement suggérée de me rendre aux urgences à cloche-pieds. Bref : je suis allée aux urgences en taxi.

La consultation s’est hyper bien passée, et le charmant docteur qui s’est occupé de moi m’a dit, je cite :  » para una chica deportista como tu, estarás recuperada en dos semanas » (pour une femme sportive comme toi, d’ici deux semaines tu auras récupéré)… Trois mois plus tard, j’ai toujours des problèmes de genou.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Vida de Marine (@lavidademarine)

Une affaire de taille

Tout comme en français on a tendance à ajouter l’adjectif petit/petite devant un mot pour le rendre mignon, en espagnol, ce sont les suffixes -ito/-ita qui sont très utilisés (exemple : un petit peu = un poquito). Du coup pendant très longtemps, je pensais qu’on me proposait une « petite paille » lorsque je prenais un cocktail au bar… Jusqu’au jour où j’ai demandé une « paja » à la bartender… et qu’elle s’est mise à hurler de rire. Figurez-vous que « me das una paja » est une invitation sexuelle !

Encore un problème de langue

Avez-vous déjà été à Alcalá de Henares ? Là-bas, le petit bonhomme des sémaphores se met à courir lorsque le feu passe au vert pour les piétons. Et la première fois que j’ai visité la ville avec mes amis, j’ai trouvé ça vraiment vraiment VRAIMENT très drôle. Malheureusement pour moi, lorsque je suis aussi enthousiaste, j’ai tendance à parler très fort. Devinez qui s’est tapé la honte en hurlant « mirad, se corre ! » (regardez, il jouit) dans les rues d’Alcalá…

Madrid en mode station de ski

En janvier 2021, Madrid s’est transformée en véritable station de ski le temps d’un week-end. Et bien évidemment j’y étais ! La neige du siècle est tombée tout du long du jeudi midi au samedi matin, arrivant à hauteur des genoux le samedi. J’ai vu des gens skier Calle Toledo, faire de la luge au Parque Cornisas et faire des batailles de boules de neige sur la Gran Via. Bref, c’était magique !

Madrid sous la neige

La fausse invitation

Elle parait sympa la vie d’influenceurs. Pourtant, elle peut s’avérer confuse voire très « je te prends pour un con pour que tu fasses ce que je veux ». Un soir donc, je suis « invitée » avec un ami blogueur à tester des cocktails dans un célèbre bar de Las Letras à l’occasion d’une Cocktail Week. Nous y sommes avec la responsable communication du lieu et chaque cocktail nous est expliqué en détail par le bartender… bref tout le processus d’une véritable invitation. Après avoir fini le premier round depuis quelques temps, c’est la responsable communication elle-même qui nous propose une autre tournée… que nous acceptons bien sûr. Et devinez à qui on apporte l’addition pendant que nous sommes déjà sur le départ ? En tout cas il y a une justice à cette histoire : je suis retournée à ce fameux bar quelques mois plus tard… et on m’a offert un verre comme si de rien n’était !

Le meilleur sosie

Un jour alors que j’étais tranquillement attablée en terrasse avec mes amis, je me rends compte qu’à une table un peu plus loin se trouve la copie conforme de David Marsais (comique du duo le Palmashow). Une margarita en entrainant une autre, je me retrouve (bourrée donc) à le fixer de plus en plus… jusqu’à ce que mon amoureux lui demande de nous rejoindre, et qu’on boive des coups ensemble en regardant des vidéos du Palmashow. Je vous partagerai peut-être les photos/vidéos dossier de cet instant… ou pas !

J’aurais pu être célèbre

Il y a quelques mois, on me contacte en me proposant de participer au casting d’un jeu télévisé. Etant persuadée d’avoir le charisme d’une huitre, j’accepte de passer le casting en me disant que ça me fera une nouvelle expérience sympa (à raconter sur mon blog ?). Après un premier appel avec le casteur, j’enregistre une petite vidéo de présentation à envoyer à la production. Et finalement, ça ne s’arrête pas là ! On me recontacte par la suite pour répondre à des questionnaires, et faire un appel vidéo avec les casteurs. Au final, on m’a choisi comme candidate suppléante… et aucun des candidats choisi n’a eu le covid apparement ! Mais je pourrais bien faire mon apparition à la télé espagnole d’ici quelques mois…

@instantaneart

10 anecdotes courtes d’expatriée à Madrid

Et on termine avec des anecdotes qui n’ont pas forcément besoin d’être développées.

  • J’ai été interviewée par BRUCE TOUSSAINT sur BFM TV (oui ça se crie ce genre de nom !). Vous pouvez retrouver toutes mes apparitions dans les médias sur cette page.
  • J’ai visité le Musée Thyssem alors qu’il était fermé au public.
  • Mon meilleur ami français de Madrid était de base un lecteur de mon blog.
  • J’ai passé toute une soirée au Mondo Disko les mains par terre à rechercher une boucle d’oreille… et j’ai fini par la retrouver (le covid n’existait pas mais les bactéries si, quand j’y repense :  je me dégoute).
  • Un de mes passe-temps favori depuis que j’habite ici : lire les commentaires des rageux sur le groupe Facebook Français à Madrid.
  • Un follower m’a demandé très sérieusement si j’envoyais des vidéos de salutations personnalisées contre rémunération (genre je suis Tibo Inshape).
  • J’ai mangé des sauterelles dans un tacos… et c’était pas si mal.
  • J’ai vu Patrick Bruel en concert au Théatre Nuevo Apollo.
  • Je suis sur le point d’avoir visité tous les locaux de la Cava Baja… j’en ferai un article bien sûr !
  • J’ai réalisé une session Marie Kondo avec Laetitia, alias Mademoiselle de la Casa Ordenada et j’ai réussi à me séparer de deux sacs poubelles de vêtements. Depuis, mon armoire est nickel (trop mega fière) : contactez-la !!!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Vida de Marine (@lavidademarine)

J’espère que ces nouvelles anecdotes vous ont plu ! Figurez-vous qu’il s’en passe des choses à Madrid, donc ça ne m’étonnerait pas de pouvoir vous faire une partie 3 d’ici quelques mois. Quelle anecdote avez-vous le plus apprécié ? Quelles sont vos propres anecdotes d’expatrié ? Venez, on échange en commentaires !

You May Also Like

2 thoughts on “Anecdotes de ma vie à Madrid (partie 2)

  1. « Lire les commentaires de rageux sur le groupe des Français de Madrid », tu m’as tuée !!!!!!! Pareil sur les groupes d’expat à Berlin (sauf un), il faut croire que c’est partout pareil. Top ton article, j’ai adoré, tu m’as mise en joie pour cette journée 😉

    1. Hahahaha bizarrement ça ne m’étonne pas 😉 Peu importe qu’on soit en France ou ailleurs, on trouvera toujours des raisons pour râler et critiquer… Merci Elodiiiie <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *